La rivalité fraternelle?


Il y a un écart d’âge de cinq ans entre ma petite sœur et moi. D’après ma mère, et de ma propre mémoire brumeuse, je n’ai pas cherché à renoncer à l’attention portée à ma soeur ou à montrer des signes de jalousie.

Je la voyais beaucoup comme ma « petite » sœur et je l’ignorais et je m’amusais ou j’essayais de la divertir. J’ai dû comprendre qu’elle était une minuscule humaine sans défense et qu’elle demandait plus de temps à mes parents. En vieillissant, il est vrai que parfois nous ne nous entendions pas, généralement parce qu’elle avait l’habitude de piquer mon maquillage et/ou mes vêtements, mais dans l’ensemble, je n’ai jamais eu de cas d’elle aux yeux verts. syndrome de type attention-que-moi / vous-l’aimez-plus-que-moi.

Il y a un écart d’âge de près de trois ans entre Belle et sa petite sœur. Nous avons pris le temps de tout lui expliquer les beaux moments que nous passerons ensemble en famille, à quel point sa sœur l’aimera et la respectera, comment j’apprécierais vraiment son aide à l’arrivée du bébé, etc.

Pour la plupart, elle semble excitée et a toujours fait preuve d’une nature bienveillante et prévenante envers sa cousine Freya, âgée de 18 mois, ce que je considère comme un signe très positif.

Alors que l’arrivée devient de plus en plus imminente, nous semblons avoir eu quelques oscillations inattendues. J’ai demandé à Belle si elle aimerait sentir le bébé donner un coup de pied la semaine dernière et elle m’a répondu « Maman, le bébé donne un coup de pied est ennuyeux, je veux regarder la télévision ». Cela a été suivi par la frustration du fait qu’elle ne peut plus s’asseoir sur mes genoux (il n’y a tout simplement pas de place !)

Nous avons eu une crise de colère complète le week-end parce que j’essayais d’expliquer que l’anniversaire du bébé était avant l’anniversaire de belle en mars ( l’enfant de trois ans de quelqu’un d’autre est obsédé par les dates des événements importants ?!) et la réalisation dans laquelle le bébé dormira notre chambre, pas la sienne, une fois de retour de l’hôpital.

Des amis et des collègues ont indiqué à quel point il est important que belle soit informée qu’il s’agit de sa sœur et non du «nouveau bébé de maman et papa» et que, surtout lorsqu’elle la rencontre pour la première fois, le bébé devrait être dans son lit d’hôpital et ne pas être tenu par moi.

Je trouve tout cela très déconcertant, surtout avec des hormones élevées et peu de sommeil, l’anxiété et le désir désespéré de belle d’accepter sa soeur et de l’accueillir avec amour et enthousiasme ont été assez accablants ces derniers temps.

Quelle a été votre expérience de l’arrivée du bébé numéro deux ou trois en ce qui concerne l’acceptation des frères et sœurs ? Je sais qu’il existe divers livres disponibles, mais mon temps pour les lire est quelque peu limité, mais j’apprécierais beaucoup les recommandations et les conseils dans la section commentaires ci-dessous.